Contacts

LECOB
1, avenue Pierre Fabre
66650 Banyuls-sur-mer
France

Direction adjointe : Stéphane Hourdez
04-30-19-24-46

Formation permanente : Béatrice Rivière
04-68-88-73-82

Assistant de prévention : Erwan Péru
04-68-88-73-66

Stage de technicien supérieur pour 2022

Expression des gènes de l’horloge biologique et biominéralisation de la coquille de de Mytilus galloprovincialis, l’effet de la photopériode et de l’apport de nourriture.

Encadrants :

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., PhD, Sorbonne Université (BIOM-LECOB)
  • Laurence Besseau, MCU Sorbonne Université (BIOM)
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., MCU Sorbonne Université (LECOB)

Lieu du stage :

SU CNRS UMR 7232 Biologie intégrative des Organismes Marins BIOM

Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées Orientales).

Description et objectif scientifique :

Comme la plupart des organismes vivants, la moule de Méditerranée, Mytilus galloprovincialis, (mollusque bivalve) vit dans un environnement dynamique dont les paramètres abiotiques et biotiques varient spontanément et périodiquement. Les variations périodiques, à l’échelle saisonnière, journalière ou tidale, contribuent à la synchronisation de nombreuses activités biologiques des organismes (locomotion, prise de nourriture, croissance ou comportement). La coquille de M. galloprovincialis est un tissu biominéralisé qui croît tout au long de la vie de l’individu. Cette croissance varie en fonction de facteurs externes et internes qui ralentissent, voire stoppent, le processus de biominéralisation à intervalles réguliers. Ces variations induisent la formation des lignes de croissance dans la coquille et l’espace qui les séparent, appelé incrément, est considéré comme une unité de temps. Ainsi, le patron de croissance de la coquille d’un individu correspond à une succession de lignes et d’incréments établis au cours du temps. L’analyse de ces patrons, ou sclérochronologie, permet de considérer la coquille des bivalves comme une archive biologique.

Cependant les modalités d’intégration des fluctuations environnementales dans la coquille des moules suscitent encore des interrogations. Quels sont les facteurs environnementaux qui agissent sur la rythmicité du processus de biominéralisation ? Agissent-ils de manière directe ou bien existe-t-il une horloge biologique contrôlant le rythme de biominéralisation ? Afin de répondre à ces questions, l’objectif de ce travail est de caractériser les profils d’expression des gènes de l’horloge biologique ainsi que de ceux impliqués dans la biominéralisation et d’en analyser les variations rythmiques. Cette étude portera sur des échantillons de manteau, l’organe biominéralisateur de M. galloprovincialis, récoltés toutes les 4h au cours de campagnes à la mer et d’expériences en aquarium menées sur 36h, et analysés en PCR quantitative.

Techniques qui seront utilisées :
  • Rétrotranscription
  • Analyse d’expression des gènes via PCR quantitative
  • Analyse des rythmes d’expression via R (Discorythm – Rain packages)
  • Hybridation in situ